Cette année, du 10 au 15 mars 19 élèves soit 10 2ndes et 9 premières accompagnés par madame Cooper et madame Correia ont pu découvrir la capitale du Portugal, Lisbonne, à partir de plusieurs aspects culturels et linguistiques au programme de l’enseignement du Portugais : les Grandes Découvertes et l’art manuélin, les transports et la vie urbaine, l’art de l’Azulejo, quelques autres aspects civilisationnels, …

Bilan positif de cette action qui a permis une meilleure connaissance et entraide entre les élèves et les professeurs, une amélioration de la connaissance de la culture et de la langue portugaises, la découverte d’une capitale européenne et le mode de vie de ses habitants, …

PROGRAMME :

 

image0002

 

 

image004

image001 ECHANGEONS ! ...    image003

 

image005Alenquer découvre le Lycée Arago et la culture perpignanaise

Dix-neuf élèves et deux professeures du Groupement d’ Ecoles Damião de Goes, à Alenquer, Portugal, sont arrivés à Perpignan, dimanche, 14 février, pour participer à l’échange scolaire avec des élèves du Lycée François Arago.

A l’arrivée, Mmes CORREIA et COOPER, les élèves et leurs familles attendaient les correspondants portugais à la gare. Le moment de la rencontre est arrivé ! Les correspondants révélaient un mélange de sentiments : timidité, appréhension, curiosité et enthousiasme.

Finalement, les ambassadeurs français ont brisé la glace… et tous les élèves se sont reconnus et ils sont partis avec leur famille d’accueil.

Lundi, c’est la surprise : le Lycée Arago avait hissé le drapeau portugais à l’entrée principale, en hommage à la présence des élèves d’Alenquer.

M. Colleu, le Proviseur, et M.Ciretti, l’Intendant du Lycée, dans une ambiance chaleureuse, ont adressé les vœux de bienvenue aux participants portugais. M. le Proviseur a souligné l’importance de ce genre de projet dans le parcours scolaire des élèves, qui favorise de nouveaux apprentissages, de nouvelles découvertes et de nouvelles cultures. Il a, par ailleurs, attiré l’attention des participants français en tant qu’ambassadeurs et il leur a dit que ce sont eux qui doivent transmettre une image positive et enrichissante de la langue et de la culture française, en mettant en évidence l’importance de la découverte du savoir-être, du savoir-faire et du savoir-vivre.

image007En effet, il faut souligner la pertinence des échanges scolaires pour développer l’interculturalité, valeur fondamentale, de nos jours, pour mieux vivre ensemble.

 Enfin, les professeures portugaises ont remercié M. le Proviseur et les professeures françaises,  pour leur accueil et ont offert la médaille de la ville d’Alenquer, quelques livres sur l’histoire de cette ville typique et, en hommage au patron du Groupement, l’humaniste Damião de Goes, une tasse en porcelaine avec sa signature gravée.

Ce moment de convivialité s’est terminé par un pot de bienvenue ou chacun a pu se régaler avant de visiter l’établissement et d’assister à des cours avec leur correspondant. 

  

image009

image011

 

image013

 

Les professeures de Français du Groupement Damião de Goes

Conceição OLIVEIRA et Célia ANAGUA

PORTUGAIS : RENCONTRE D’UN GROUPE D’ELEVES DE PORTUGAIS AVEC LA CHANTEUSE DE FADO CRISTINA BRANCO AU THÉÂTRE DE L’ARCHIPEL

Le jeudi 3 décembre 2015, un groupe d’élèves et d’anciens élèves de Portugais du lycée Arago accompagné de leur professeur put assister au concert de Fado de la chanteuse Cristina Branco et rencontrer l’artiste après le tour de chant grâce aux services éducatifs du Théâtre de l’Archipel et notamment grâce à madame Marie-Claude Louis. 
Ci-dessous, quelques témoignages et les photos et selfie que la « fadista » a gentiment accepté de prendre avec le groupe.  

image001

« Cristina Branco est une chanteuse de Fado, portugaise de Almeirim. Ce Jeudi 3 décembre 2015, au théâtre de l'Archipel à Perpignan, elle a fait son concert pendant une heure et demie. Elle a une voix magnifique et nous avons pu nous  rendre compte que le chant est pour elle une vraie passion. Sa voix est magnifique et d'une justesse sans égal. Quand le concert s'est fini, tout le monde en redemandait. Malheureusement,  toute bonne chose a une fin, et donc, après son tour de chant, elle a eu la gentillesse de recevoir une vingtaine de personnes dont je faisais partie pour que nous puissions lui poser quelques questions. Elle a été très gentille avec nous,elle parle très bien le français mais  le portugais reste sa langue de prédilection. Elle a une voix douce et apaisante, ce qui fait que nous aurions pu l'écouter parler et chanter pendant des heures sans nous en  lasser. Elle nous a raconté plein de belles choses : que cela faisait 18 ans qu'elle chantait et qu'elle se produisait un peu partout, au Portugal certes mais dans d'autres pays comme la France, d'où sa visite ; qu'elle a commencé à chanter à 22 ans alors qu'elle était en train de finir ses études, son père lui ayant acheté un album d’ Amália Rodrigues ayant été une révélation pour elle. Elle l'écoutait tout le temps et lors d’ une soirée, ce sont ses amis qui la  poussèrent à commencer à  chanter parce qu'ils savaient qu'elle avait une très jolie voix. Depuis, elle ne s'est pas arrêtée.  
Elle a accepté de prendre des photos avec nous et  a été adorable du début à la fin. (Léa ).

image002

Ce concert de fado a duré 1 h 30 et a été chanté par Cristina Branco. Elle était accompagnée d'un pianiste, d'un guitariste (guitare portugaise) et d'un violoncelliste. Les musiciens ont joué un seul morceau sans la chanteuse. Après le concert, nous sommes allés voir la chanteuse pour lui poser des questions à propos de son parcours et de sa vie en général. Elle a répondu à toutes nos questions et c'est une femme très sympathique car il est rare qu’un artiste accepte  de consacrer son précieux temps à des élèves. 

image003

J'ai beaucoup aimé le concert et j'espère avoir l'occasion de réentendre du fado un jour. »  (Garance)

 Quinta-feira,3 de dezembro 2015 à noite, fomos ver um concerto de fado da fadista Cristina Branco.

O fado é um estilo musical Português que toma a forma de uma canção melancólica geralmente acompanhada por instrumentos de cordas pinçadas. A cantora de fado opera temas geralmente recorrentes: Saudade, o amor não realizado, ciúmes, saudade do passado, a dificuldade de viver, o desgosto, o exílio ...
Foi um concerto muito bonito. Depois, fomos ver a fadista e perguntamos coisas sobre a sua vida e sobre o fado. Ela foi muito simpática com a gente. ( Jessica).

Traduction : (Jeudi 3 Décembre 2015 dans la soirée, nous sommes allés voir un concert de  la chanteuse de fado Cristina Branco.

Le fado est un genre musical portugais qui prend la forme d'un chant mélancolique généralement accompagné par des instruments à cordes pincées. La chanteuse de fado chante généralement des  thèmes récurrents:la nostalgie, l'amour platonique, la jalousie, la nostalgie du passé, la difficulté de vivre, le chagrin, l'exil ...
Ce fut un très beau concert. Après , nous sommes allés voir la  chanteuse et nous lui avons posé des questions au sujet de sa vie et sur le fado.  Elle a été très sympathique avec nous).
(Jessica)

https://youtu.be/2yQB29qHoLM

2014/2015: UNE ANNEE SCOLAIRE CULTURELLEMENT RICHE POUR LES ELEVES LUSITANISTES DU LYCEE:

  •  1009439-drapeau de_langola Le 30 janvier 2015, une dizaine d'élèves a pu assister au concert du célèbre chanteur angolais Bonga au théâtre de l'Archipel

  • drapeau-du-portugal small Les élèves de 2nde sont partis en voyage d'étude du 26 au 31 mars 2015 à la découverte de la capitale portugaise, Lisbonne :

QUEM NUNCA VIU LISBOA; NUNCA VIU COISA BOA!

  • drapeau-du-portugal small Le 29 mai 2011, les élèves de 1ère ont pu, grâce à la Comédie du Livre de Montpellier, où les écrivains portugais étaient à l'honneur, rencontrer le grand poète : Nuno Judice.

  • 29 115441

Voici deux exemples des poèmes que Nuno Judice a lu aux élèves et qui ont alimenté la discussion après l'échange de questions et de réponses auquel le poète a gentiment accepté de se prêter :

A. COMO SE FAZ O POEMA

 

Para falarmos do meio de obter o poema,

a retórica não serve. Trata-se de uma coisa simples, que não

precisa de requintes nem de fórmulas. Apanha-se

uma flor, por exemplo, mas que não seja dessas flores que crescem

no meio do campo, nem das que se vendem nas lojas

ou nos mercados. É uma flor de sílabas, em que as

pétalas são as vogais, e o caule uma consoante. Põe-se

no jarro da estrofe, e deixa-se estar. Para que não morra,

basta um pedaço de primavera na água, que se vai

buscar à imaginação, quando está um dia de chuva,

ou se faz entrar pela janela, quando o ar fresco

da manhã enche o quarto de azul. Então,

a flor confunde-se com o poema, mas ainda não é

o poema. Para que ele nasça, a flor precisa

de encontrar cores mais naturais do que essas

que a natureza lhe deu. Podem ser as cores do teu

rosto – a sua brancura, quando o sol vem ter contigo,

ou o fundo dos teus olhos em que todas as cores

da vida se confundem, com o brilho da vida. Depois,

deito essas cores sobre a corola, e vejo-as descerem

para as folhas, como a seiva que corre pelos

veios invisíveis da alma. Posso, então, colher a flor,

e o que tenho na mão é este poema que

me dese.


PEDRO LEMBRANDO INÊS


 

Em quem pensar,agora,senão em ti? Tu, que

me esvaziaste de coisas incertas, e trouxeste a

manhã da minha noite. É verdade que te podia

dizer:"Como é mais fácil deixar que as coisas

não mudem,sermos o que sempre fomos,mudarmos

apenas dentro de nós próprios?"Mas ensinaste-me

a sermos dois;e a ser contigo aquilo que sou,

até sermos um apenas no amor que nos une,

contra a solidão que nos divide.Mas é isto o amor:

ver-te mesmo quando te não vejo,ouvir a tua

voz que abre as fontes de todos os rios,mesmo

esse que mal corria quando por ele passámos,

subindo a margem em que descobri o sentido

de irmos contra o tempo,para ganhar o tempo

que o tempo nos rouba.Como gosto,meu amor,

de chegar antes de ti para te ver chegar:com

a surpresa dos teus cabelos,e o teu rosto de água

fresca que eu bebo,com esta sede que não passa.Tu:

a primavera luminosa da minha expectativa,

a mais certa certeza de que gosto de ti,como

gostas de mim,até ao fundo do mundo que me deste.


Nuno Júdice





Aller au haut