Le 28 novembre 2016, les élèves de seconde 1 du lycée François Arago ont participé à une sortie au cinéma « Le Castillet » à Perpignan, dans le cadre du projet Lycée et cinéma.

Ce film n’est pas du tout ce que les adolescents ont l’habitude de regarder à la télévision, il s’agit de « L’impossible Monsieur Bébé ». Il a été tourné en noir et blanc, et c’est une comédie romantique, plus exactement une screwball comédie réalisée par Howard Hawks, grand réalisateur du XXème siècle (surtout connu pour ses films comme Rio Bravo et Scarface, réalisé en 1932). 

Screwball comédie : La screwball comedy, ou comédie loufoque, est un sous-genre de la comédie hollywoodienne où les personnages sont excentriques, voir fous. Cette comédie fait souvent le lien avec la comédie romantique en traitant des thèmes du mariage, du divorce, de la rupture et du remariage.

Voici les personnages ainsi que le casting extraordinaire de « L’impossible Monsieur Bébé » suivi d’un petit résumé :

- Dr David Huxley, interprété par Cary Grant, est un paléontologue qui reconstitue un brontosaure. Il est naïf, timide et surtout ridicule.

- Susan Vance, interprétée par Katharine Hepburn, est une femme excentrique, un peu folle mais tout de même maligne. Elle passe parfois pour un garçon (un des buts de Howard Hawks) en portant un pantalon ou en faisant le gangster en prison par exemple.

-Le major Horace AppleGate, interprété par Charlie Ruggles, est un chasseur professionnel, doué pour imiter le cri des animaux.

-Tante Elisabeth Random, interprétée par May Robson, est la tante de Susan Vance. Elle est millionnaire et compte faire un don d’un million de dollars.

-Bébé le léopard, interprété par Nissa le jaguar (en effet, dans le film, Bébé est considéré comme un léopard alors que dans la réalité c’est bel et bien un jaguar d’Amérique du Sud), aime surtout le jazz et la viande crue.

-Georges le chien, interprété par Skippy, est un chien comme les autres. Il aime enterrer les clavicules intercostales des brontosaures.

Cette histoire se passe aux Etats-Unis en 1938. David Huxley, paléontologue, doit bientôt se marier et terminer la reconstitution d’un énorme brontosaure. Mais il doit obtenir une bourse d’un million de dollars pour continuer ses travaux. Sur sa route, il tombe sur Susan Vance, une jeune femme excentrique qui va faire échouer tous ses plans en l’entraînant contre son gré dans une course folle au léopard. Il s’ensuit la perte du dernier morceau du squelette du brontosaure, la libération d’un léopard sauvage, la prison etc… Les deux personnages vont apprendre à s’amuser et ils vont tomber amoureux.

A la fin du film, les élèves, souriants, ont pris tous ensemble une photo devant le cinéma.

Nous avons pu recueillir quelques témoignages positifs de certains élèves comme Alexandre Dudoit, « J’ai bien aimé le film car beaucoup de scènes étaient marrantes, mais ce qui m’a fait rire par-dessus tout, c’est la scène où Bébé rencontre le jardinier qui était saoul. » et Raphael Berger « Ce film était sympathique et ça m’a fait plus rire que je ne le pensais. J’ai adoré la scène où Susan fait semblant de se faire attaquer par le léopard pour que David vienne chez elle. »

Il y avait aussi des témoignages partagés comme Anaïs Roussel « Mes sentiments sont partagés pour ce film car des fois je trouvais les scènes vraiment longues même si certaines étaient drôles comme la chute du brontosaure causée par Susan à la fin du film. » et Curto Adrien : « Au début du film, je n’y prenais pas vraiment goût. Mais plus le film avançait, plus il me plaisait. »

Pour finir, nous avons reçu des témoignages négatifs dont celui de Lucas Da Silva : « Je n’ai pas aimé le film car ce n’est vraiment pas mon style. Je préfère les films d’action mais bon, au moins ça change. Tout de même, j’ai bien aimé la scène où David et Susan creusaient des trous dans le jardin pour retrouver la clavicule intercostale. »

Un élève nous a dit qu’il n’a pas aimé le film, qu’il était trop lent et que l’écran en noir et blanc ne lui plaisait pas.

Je dois avouer que j’ai bien aimé le film. En effet, malgré l’ancienneté du film, il y avait beaucoup de scènes drôles surtout la scène de la chute du brontosaure et celle où Susan se fait passer pour un gangster quand ils sont en prison.

C’était un reportage sur la sortie au cinéma « Le Castillet ».

Sasha Boulant

FormatFactory IMG 5465

Le jeudi 17/11 NOUS,LA CLASSE de 2°9 avons assisté à la cérémonie de naturalisation à la préfecture ; 40 étrangers de 19 nationalités différentes . Nous avons vu un film sur les droits et devoirs du citoyen français , le sous -préfet  a fait son discours puis nous avons présenté notre travail sur E. ZOLA italien naturalisé français .
Chaque personne a reçu SON DECRET DE NATURALISATION EN ENTENDANT LA PHRASE SUIVANTE :
" AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS JE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE DANS LA NATIONALITE FRANCAISE" 
C'EST AVEC BEAUCOUP D'EMOTIONS QUE NOUS AVONS APPLAUDI CHACUN D'EUX AVANT DE CHANTER LA 
MARSEILLAISE . 

Cette cérémonie a été un moment d'une grande intensité.

FormatFactory IMG 1544

Lindep vendredi 18 novembre 001

La classe de 2de13 s'est rendue le 16 septembre au couvent des Minimes dans le cadre de Visa pour l'image. L'exposition de Frédéric Noy était leur priorité pour une exploitation en EMC; sujet "Ekfire, les demi-morts" portant sur l'homophobie en Afrique. Les élèves ont eu le plaisir d'échanger pendant une heure avec le photographe Frédéric Noy; et poursuivront le projet en classe.
 
FormatFactorynoy1
FormatFactoryoperationcanon lycee

Atelier photojournalisme et prise de vue avec Canon et animé par les photographes Florence At et Philippe de Poulpiquet (grand reporter, photojournaliste pour le journal Le Parisien).
Après une matinée théorique, l'après midi a été consacrée à une mise en pratique. Par groupe les élèves ont photographié les perpignanais dans leur quotidien.
Les (toutes très belles ) photos seront imprimées par Canon et feront l'objet d'une exposition.
Laetitia.cologni

Sortie à Visa pour l'image réalisée avec les élèves de 1° ES5 le 13 sept, il ont ensuite échangé avec beaucoup d'intérêt avec la photojournaliste Laurence Geai sur son expo Eaux troubles en Palestine mais aussi sur son difficile et passionnant métier.

FormatFactoryGeaiVisa2016

Aller au haut